Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'Jdr'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Général
    • Le brasier
    • Forum des flammes
    • Indisponibilités
  • Jeux
    • La salle d'arcade
    • Forums dédiés
    • Archives World of S'enflamme
  • Guides de jeu
    • Le campus
    • Forums dédiés

Blogs

  • Blog collaboratif

Marker Groups

There are no results to display.


Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


Skype


Téléphone


BattleTag


Steam


Origin ID


Uplay


Epic Games


Playstation Network


Nintendo Network


Nombre de dons


Montant des dons


Dons anonymes

Found 8 results

  1. Bonjour à tous, Les jeudi soir, @Palamède, @Dhreir, @Pharakh, @Nathos et moi-même faisons du Jeux de Rôle via Roll20. L'idée m'est venu de transcrire ici nos aventures pour faire une sorte de mini-feuilleton narratif. Nous avons plusieurs "tables" en cours : Coriolis (SF) Donjons et Dragons (5E) (Heroic-Fantasy) et une futur table L'empire des Cerisiers (Médiéval-Fantastique basé sur le Japon) Je commencerais par l'histoire de mon personnage et une présentation de l'univers si besoin. Ensuite je romancerai nos soirées au fur et à mesure.
  2. Histoire de Zarine Galanodel Je suis née au cœur d’une des grandes forêts qui abritent mon peuple. Issue d’une famille modeste, je n’étais pas amenée à avoir des grandes responsabilités. Ma famille était d'honnêtes marchands avec laquelle j’étais constamment sur les routes. J’ai grandi au fil des voyages en visitant tant d’endroits différents, en rencontrant plein de personnes de toutes les races et de toutes les contrées. Je me suis vite découvert une passion. En effet, je m’émerveillais devant toutes les nouvelles choses que je voyais. Je sais que chez nous, les elfes, l’émerveillement est amoindri par notre longévité, mais dans mon cas, la soif de connaissances faisait vraiment partie de moi. C’est vers ma cinquantième année que ma vie prie une tournure différente. Nous venions d’arriver dans une de nos villes situées en forêt. Mon père venait ici livrer des marchandises aux commerçants. Nous transportions un coffret très particulier qui devait être remis au plus vite au temple de Séluné, la déesse Lunaire. Je fus chargée de cette tâche. Le temple n’était pas vraiment difficile à trouver, car il occupait le centre de la ville, mais je peinais à dénicher le propriétaire du fameux coffret. Je finis par demander aux gardes si un certain Thamior Siannodel (qui signifie Ruisseau de Lune en commun) se trouvait bien ici. Ma question suscita de l’interrogation, car il s’avérait que c’était le grand-prêtre du temple. Mais devant mes bras chargés de mon fardeau, ils se souvinrent qu’il attendait avec impatience cette livraison. Il avait donné des consignes strictes à ce sujet. On m’indiqua une salle à l’écart où ce curieux personnage m’attendait… Cette salle était la salle de méditation du grand-prêtre et en temps normal, personne à part lui ne pouvait y avoir accès. Ce serait bien la première fois qu’une civile pouvait s’y rendre, car même les gardes ne devaient y entrer. Remplie d’inquiétude et de crainte, j’avançais vers ma destination et au fur et à mesure que j’approchais, je sentais les regards des personnes présentes se poser sur moi. Les gens murmuraient sur mon passage et certains regardaient les gardes comme s’ils devaient m’empêcher d’aller plus loin. Je finis par me trouver devant une grande porte finement sculptée dans du chêne millénaire. Elle donnait le sentiment de puissance et de grandeur de ce qui se trouvait derrière. Je l’imaginais infranchissable et je comprenais maintenant pourquoi personne n’y pénétrer à part ce fameux grand prêtre. Je me décidai à pousser l’unique poignée en forme de croissant de lune, symbole de la divinité qui veillait sur ce lieu. À ma grande surprise, la porte s’ouvrir sans le moindre effort, sans le moindre bruit, le moindre frottement comme si elle avait sa propre volonté, comme une invitation à la franchir. Je descendis quelques marches et je me trouvai sur le pas de la salle modeste, éclairée par des centaines de bougies posées dans tous les coins. Des fumées s’envolaient des différents encensoirs, parfumant la pièce d’une douce odeur de sous-bois au lever du soleil. Je pourrais jurer avoir senti la rosée sur les feuilles encore fraîches d’une douce nuit d’été. Divers instruments dont j’ignorais l’utilité étaient posés à même le sol. Au fond, dans une alcôve, je trouvais une statue de notre déesse. Agenouillé devant, une personne encapuchonnée me tournait le dos. Ne sachant pas quoi dire et ayant peur de le déranger en pleine prière, je demeurais là immobile. « N’aie pas peur et approche » dit une voix douce mais profonde, presque irréelle, contrastant avec la modeste silhouette de cette personne. « Pose le coffret sur l’autel et sors son contenu ». Je m’exécutai sans hésiter, partager entre la peur d’énerver une personne de son rang et l’envie de sortir de cette pièce si impressionnante. Je posai le coffret à son emplacement et je l’ouvris. C’est en voyant son contenu que je compris pourquoi mon père avait fait tant de mystères sur cette affaire. En allant réceptionner cette commande de nuit, seul, sans être accompagné En gardant toujours ce coffret à sa portée, en dormant même avec comme si sa vie en dépendait. En ne révélant qu’à moi et moi seule qui serai amenée à le porter jusqu’ici, le nom de son destinataire. Je sortis de son écrin un magnifique croissant de lune en argent, finement ciselé, incrusté de pierre précieuse. Il dégageait une telle pureté, un tel magnétisme que je restais ébahie en le tenant dans mes mains. Je savais que je tenais quelque chose de puissant et de précieux, je ne saurais pas dire pourquoi, mais je le sentais au plus profond de moi. « Puisse-je savoir ce que vous faites ici ? » je sursautai de surprise. Je me retournai et je vis que le grand-prêtre me fixait de ses yeux perçants. Sa voix n’était plus du tout la même. Quand il vit que je tenais le croissant de lune et je sentis la colère montait en lui. « Comment osez-vous tenir cet objet dans vos mains ! » hurla-t-il en se levant. « Je l’ai sorti comme vous me l’avez demandé, vous vouliez que je pose le coffre ici et que je sorte cette chose, je ne sais même pas ce que sais. » balbutiai-je en reculant de peur devant son habitude menaçante. Je finis par me trouver bloquer contre la statue, acculée par le grand-prêtre. « Je ne vous ai rien demandée. Il n’y a que moi dans cette pièce et j’étais en pleine méditation. J’exige une explication.» m’ordonna-t-il en effectuant un sort avec sa main. Je sentis sa magie envahir mon esprit et plier ma volonté pour obtenir la vérité. Je lui récitai alors tous les événements depuis mon arrivée au temple, ne pouvant mentir ou éluder la moindre information. À la fin de mon récit, il ferma les yeux et sembla se pencher dans une profonde réflexion. Quand les rouvrit, j’avais l’impression de ne plus avoir la même personne devant moi. Il était redevenu calme et apaisant, il dégageait une telle aura qu’elle inonda la pièce. Je me sentis d’un seul coup en sécurité comme si plus rien ne pouvait m’arriver en sa présence. Comme si ce lieu m’était en fait familier sans le savoir. Il me prit tendrement le bijou des mains et le posa au pied de la statue. Ce faisant, il fit un petit sourire complice. « Cette livraison n’était pas pour moi, mais pour elle, me dit-il en désignant la statue. Et il me semble qu’il ne t’a pas envoyé ici par hasard. Comme tu sembles connaître déjà beaucoup de choses, est-ce que tu voudrais bien me montrer ce que tu sais faire ». Je m’excusai en lui disant que je ne savais pas de quoi il voulait parler. « Alors prie avec moi, adresse tes pensées à Séluné, la déesse de la Lune ». Nous nous agenouillâmes devant l’autel et je fermai les yeux. Au début, je me sentais ridicule, puis je finis par jouer le jeu. Je priai la déesse-lune, petit à petit, je sentis quelque chose montait en moi. Difficile à expliquer, mais c’est comme si une sorte de force montait en moi, une force bienveillante qui ne demandait qu’à être utilisée. « Alors, ne peux-tu vraiment rien à me montrer ? » insista le grand-prêtre comme s’il attendait une réponse à une question qui le taraudait. J’exécutais quelques mouvements de mains machinalement et à ma grande surprise, un effet se produisit. Je fus stupéfaite par ce que je venais de faire et il devina ma surprise. « Bravo ma Sœur, je pense que tu l’as trouvée ou plutôt… Qu’elle t’a trouvée» ricana-t-il. « Qui m’a trouvée ? De quoi parlez-vous ? » lui demandai-je. « Mais la Foi bien sûr ! » dit-il amusé tout en sortant de la pièce. Je ne pouvais plus repartir avec ma famille, car une nouvelle vie commençait pour moi. Mes parents furent heureux d’apprendre que leur fille suivrait les préceptes de Séluné. C’était un grand honneur pour eux que je rentre dans les ordres. Je ramassai mes affaires et je pus rejoindre le temple pour y suivre ma formation. Je n’étais pas la seule à intégrer le monastère. Nous étions plusieurs à avoir été désignés. Mais il sembla que Thamior Siannodel gardât toujours un œil sur moi. J’étais en quelque sorte sa « préférée ». Sûrement, parce qu’il m’avait directement recrutée ou plutôt parce qu’il me surveillait. En effet, il m’avait fait promettre de ne jamais parler de ce croissant de lune qui nous avait réunis. J’ai senti à ce moment-là, ce qu’il m’en coûterait de trahir ma parole. Une chose est sûre, c’est que je ne reçus aucun traitement de faveur. J’appris le culte de Séluné et ses préceptes. Tous les elfes connaissent les différentes cérémonies et prières de cette divinité, mais nous, nous en apprenons leur origine et leurs raisons. Nous apprenons dans le même temps les connaissances qui nous permettrons de lutter contre les êtres mauvais ou les ennemis de notre peuple. Évidemment, nous reçûmes une formation martiale, mais aussi aux diverses armes culturellement utilisées par notre peuple. La partie de l’enseignement couvrant les connaissances du monde m’intéressa plus particulièrement. Nous apprîmes à repousser les morts-vivants, à protéger et à soigner notre prochain, mais je me plongeais également dans d’autres domaines de connaissances : médecine, histoire, arcanes, etc. Je m’appliquais, car depuis mon enfance, je savais comment certains voyages pouvaient être longs et comment on peut rapidement se retrouver confronté à toutes sortes de créatures ou situations étranges. Avoir de bonnes connaissances dans de nombreux domaines peut aider à prendre les bonnes décisions. Je savais également le réconfort qu’un prêtre pouvait apporter au sein d’une caravane ou auprès d’un voyageur égaré. Le jour de notre premier siècle d’existence, juste avant de prétendre être un adulte, nous sommes ordonnés acolytes et nous avons dû choisir nos Domaines, façonnant le prêtre que nous deviendrons. Par la suite, nous quittions enfin le temple qui nous avait formés. Pendant dix ans, nous devions suivre des groupes de prêtres itinérants et les assister dans leurs missions. Cela n’était pas sans danger et nous savions que certains ne reviendraient pas, mais pour les autres, le jour de leur passage à l’âge adulte, ils seront ordonnés prêtre. Pour le moment, nous devions mettre en pratique les leçons que nous avions apprises. Pour ma part, j’intégrais une équipe d’une douzaine de membres et je partis enfin à l’aventure. Nos activités étaient assez variées et je dois dire que j’ai beaucoup appris à leurs côtés. De la chasse aux adorateurs de Shar, de la purification de certains sites profanés, en passant par l’escorte de fidèles en pèlerinage ou de caravanes marchandes. Je m’efforçai d’être à la hauteur des attentes que l’on avait de moi. Aussi bien dans le feu de l’action qu’après la bataille pour panser les plaies ou encore au camp pour donner un coup de main. En parcourant le vaste monde, je pus affiner mon savoir qui fut grandement utile dans diverses situations. Les années passèrent et le temps fut pour moi de retourner auprès de mon mentor, qui m’avait ouvert les yeux sur ma destinée. Me voilà de retour pour ma cérémonie d'ordination officielle. J’ai revu plusieurs de mes camarades et comme je m’y attendais, certains ne sont pas revenus. Mais les choses sont ainsi faites et nous devons aller de l’avant sans oublier ceux qui sont tombés. Nous fîmes une grande fête pour célébrer la fin de notre formation. Je suis officiellement devenue prêtresse et ce passage marqua mon passage à l’âge adulte, le jour de mes cent dix ans. Je choisis mon nouveau nom, Zarine Galanodel, qui signifie en langue commune « Murmure de Lune » en hommage à mon mentor et à la façon si particulière où j’ai embrassé la Foi pour la première fois. Soixante ans ont passé depuis le jour où je suis arrivé avec ma famille dans cette ville. Il me semble que c’était hier. Ma famille et des amis de mes parents sont venus partager cet instant avec moi, et ce fut l’un des plus beaux jours de ma vie. On nous remit nos armes et notre symbole de foi. Un croissant de Lune taillé dans un arbre de cette forêt qui a veillé sur nous pendant tant d’années. C’est comme si nous emmenions un peu de cet endroit avec nous. Le temps était venu pour nous de choisir notre avenir. Étant membre du clergé itinérant, nous, les étoiles d'argent, étions libres de faire ce que nous voulions, que nous souhaitions rester au temple pour étudier, explorer des ruines anciennes en quête de vestige de notre Foi, ou encore partir à l’aventure pour être présent auprès des gens qui en auront le plus besoin. Je fus de ceux-là, mon amour des voyages et l’envie de découvrir toujours de nouvelles choses seront toujours le plus fort. Et je restais au fond de moi cette petite fille qui s’émerveillait devant l’inconnu et qui ne rêvais que d'en percer les mystères. Je comptais bien en voir le plus possible avant que Séluné me rappelle à elle. Voilà maintenant presque deux cents ans que je parcours ce monde, je continue les mêmes activités que pendant que j’étais acolyte à la différence que c’est moi maintenant, la prêtresse qui doit être assistée. J’ai voyagé parfois aussi en solitaire, offrant mes services à qui le demande. Parfois par pure charité, quelques fois contre une petite rétribution. Je dois avouer que la vie d’aventurière me plaisait, mais je commence à ressentir de la nostalgie pour mon temple et j’ai une envie de revoir mon mentor. C'est une chose assez inhabituelle chez nous les elfes. Notre longue espérance de vie rend ces sentiments inutiles et peu d’être nous en ressentent les effets. Et encore moins pas à mon âge. Mais il y a une chose que j’ai apprise, c’est de ne pas ignorer les signes que la déesse m’envoie. Si mon esprit me pousse à revenir vers mon temple et vers Thamior, je dois l’écouter. J’entrepris alors le voyage jusqu’à mon temple avec le sentiment que quelque chose était en train de se préparer. Séluné a prévu un rôle pour moi dans la toile de la destinée. Il est temps alors que j’entre en scène. Cela fait chaud au cœur de revoir des visages familiers et de retrouver ces lieux où je me sens en sécurité. Mais je n’avais pas de temps à perdre et je me rendis directement au temple. C’est alors que j’appris que Thamior n’était plus ici et qu’il n’était plus le grand-prêtre non plus d'ailleurs. Ce fut une surprise de taille. Une missive était arrivée ; il y a de cela quelques semaines. Une province voisine demandait qu’un prêtre se rende aux Portes de Baldur pour une affaire urgente. Cela n’avait rien d’exceptionnel, et nous sommes souvent sollicités pour apporter notre savoir et nos conseils aux humains mais la chose étrange, c’est que Thamior a alors déclaré qu'il s’en chargerait lui-même et que par la même occasion, il abandonnait son poste au sein du temple. Cette annonce souleva maintes questions et interrogations. Il n’était pas cupide au point d'être attiré par l’or et il avait eu son lot d’aventure par le passé. Il semblait par ailleurs très préoccupé, ces derniers temps, par une hypothétique attaque ou une quelconque intrusion dans le temple. Il avait même demandé que la garde soit renforcée. Et voilà que du jour au lendemain, il quitte tous pour se rendre dans une cité humaine sans fournir la moindre explication. Je dois avouer que ces révélations me laissèrent perplexes moi aussi. Il avait cependant laissé une dernière consigne à son remplaçant, comme une faveur avant de partir. Si je me présentais au temple, je pourrais avoir la chance de prier une unique fois dans la salle de méditation du grand-prêtre. Cette requête sembla pour beaucoup exagérée surtout que je devrais y demeurer seule avait-il précisé. Permettre à une prêtresse de mon rang d'accéder à une salle aussi sacrée, cela aller à l’encontre des règles bien qu’il argumenta que c’est dans cette pièce-ci qu’il décela en moi mon potentiel. Comme son entourage commença à douter de sa santé mentale au vu des dernières semaines, ils pensèrent que le fait de se mettre au vert lui ferait le plus grand bien et ils cédèrent finalement. Ce privilège qu’il souhaita m’accorder me flatta d’une part, mais ne fit que rajouter à mon inquiétude. Avait-il vraiment perdu la raison, j’en doutais et je me dis qu’il devait avoir une bonne raison pour qu’il veuille que je me retrouve seule dans cette salle. Mon sang ne fit qu’un tour quand l’image du bijou en argent apparut dans mon esprit. Cette relique si mystérieuse dont je ne devais jamais révéler l’existence. J’essayai de garder mon calme et je fis passer mon état pour de l’excitation à l’idée de me retrouver de nouveau dans cette salle. Ce qui n’était pas totalement faux. On m’invita à rentrer et on m’accorda que quelques minutes pour adresser mes prières à la déesse Lunaire. Dès que la porte fut refermée, je me prosternai devant la statue de ma divinité et je lui adressai une rapide prière. Le temps n’était pas à la réflexion, mais à l’action : je n’avais que quelques minutes pour vérifier mes craintes. Devant l’autel, je constatai que le bijou était toujours là, au pied de l’effigie divine, à l’endroit exact où il fut déposé, il y a plus d'un siècle et demi. Je me risquai à le prendre dans les mains. Il ne dégageait plus ce magnétisme si fort que j’avais ressenti dans ma jeunesse, ce n’était qu’une copie, certes très bien imitée, car ce n’est qu’une fois dans les mains que je me rendis compte de la supercherie. Et je ne pense pas que nous soyons beaucoup à avoir touché l’original. Son poids, également, m’intrigua, il était trop léger même pour de l’argent. J’en déduis qu’il était creux et que quelque chose devait se trouver à l’intérieur. Je pouvais l’entendre en secouant cette babiole. Je le tournai et le retournai pour trouver comment provoquer son ouverture. Je finis par remarquer qu’une pierre n’était pas comme sur l’original, celle-ci était carrée alors que toutes les autres étaient rondes. En le poussant légèrement, un clic se fit entendre et je pus dévisser le croissant de lune en deux parties. Un petit parchemin se trouvait là, à attendre ma venue. Je le déroulai et je pus lire un message de mon mentor. Il m’était manifestement adressé, mais je ne pouvais pas prendre le risque d’être surprise en pleine lecture. Je remis tout à sa place et je pris le parchemin avec moi. Je finissais à peine de me mettre à genoux devant l’autel pour faire semblant de prier que la porte s’ouvrît. On m’informa que le temps dont on m’avait imparti s’était écoulé. Je pris rapidement congé de mes frères et sœurs. Je devais trouver un endroit calme et discret pour lire le message. Arrivée dans la chambre que j’avais réservée dans le dortoir du Temple, je sortis le parchemin de ma poche. Il était assez petit mais je pus distinguer la fine écriture si familière de Thamior. À la lumière de ma bougie, je put lire le message. « Zarine, je sais que tu finiras par trouver ce message, car tu savais où chercher. Et je sais également que quand tu le liras, je serais déjà loin. Tu dois avoir beaucoup de questions à me poser, mais je ne peux malheureusement pas y répondre pour le moment. Sache que la relique de Séluné que m’a apporté il y a de nombreuses années est très puissante, mais je pense que tu l’avais déjà compris. Tu comprendras qu’elle ne doit pas tomber entre de mauvaises mains. J’ai pu la protéger pendant toutes ces années, mais elle n’est plus en sécurité au temple. Je fais le choix de l’emmener avec moi, loin d’ici. J’ai besoin de trouver des réponses à certaines questions. Rejoins-moi aux Portes de Baldur dès que possible. Je pourrais facilement m’y cacher et y disparaître si le besoin s’en fait sentir. Demande Syndra Silvaine. Sache que je te considère comme la fille que je n’ai jamais eue. Ton ancien mentor, mais surtout ton ami. Thamior Siannodel » Bon, je n’avais pas de réponse, mais j’avais une destination. Je devais me rendre au plus vite dans cette province. Me rendre aux Portes de Baldur et comprendre ce qui a poussé Thamior à tout plaquer. Quelle est réellement la nature de cette relique si mystérieuse. Ma curiosité et mon envie de percer ce mystère l’emportèrent. Je n’avais pas le temps de revoir mes amis et de me reposer un peu. Je repartis sur-le-champ. Sentant que cette histoire était bien plus complexe qu’elle ne le laisser paraître, je choisis de partir à la faveur de la nuit. Au vu de la façon dont mon mentor quitta la ville en subtilisant cet artefact et en réussissant à le remplacer par une copie de très bonne qualité, je savais qu’il devait se sentir réellement en danger. Je finis même par me demander si cette missive ne lui était pas directement destinée. Peut-être que c’était un signal qu’il attendait, ou qu’il redoutait. Ayant atteint la lisière de la forêt, je me mis en quête d’une caravane de marchands se rendant dans la direction que je devais suivre. Je décidai de faire profil bas et de me mêler aux autres membres de l’escorte. Nous voyageâmes en direction de la province sans rencontrer de grosses embûches. Du moins rien que nous pûmes gérer par la parole ou par les armes. Je continuais à partager des connaissances et des informations avec mes compagnons de voyage. Leur faisant part de mes connaissances accumulées au cours de ma vie. Après quelques semaines de périple, les contours des Portes de Baldur commencèrent à se dessiner à l’horizon. On devine le poids des siècles qui se dégage de ces murs. Encore quelques jours et mon voyage sera terminé, mais où un nouveau allait commencer. En méditant à la lueur de la flamme du feu allumée pour la nuit, je me rendis compte que ma vie semblait se résumer à cet état de fait. À chaque nouvelle énigme, nouveau mystère ou découverte que je rencontrais, elle n’était que la clé ou la direction à suivre pour en découvrir de nouveaux. C’est bien cela qui j’aime dans ma vie, toujours chercher à savoir ce qui se cache derrière le voile que le destin pose devant nos yeux. Mais pour la première fois de ma vie, j’ai peur de franchir le seuil de la porte que j’ai ouverte. Que vais-je trouver dans cette cité ? Vers quelle nouvelle aventure je vais m’embarquer, où celle-ci me conduira ? Dans quelle histoire mon mentor s’est-il fourré ? Est-ce que je serai de taille à lui venir en aide ? À condition que j’arrive à le retrouver. Après une nuit de garde, il ne restait que quelques heures avant que le soleil reprenne sa course dans le ciel. Je levai machinalement les yeux vers la voûte céleste pour profiter une dernière fois des étoiles. À cet instant, le ciel s’éclaircit pour laisser apparaître une magnifique pleine lune. C'est sous ce disque lacté que nous, les étoiles d'argent, sommes les plus proches de la Vierge Lunaire. Une camarade accompagnée de quelques acolytes en formation, comme je l'étais auparavant, approcha avec une gourde de lait, symbole de la maternité et du pouvoir nourrissant de la féminité pour un dernier rite Sélunite en compagnie de mes consœurs. La fin d'un voyage, le départ d'un autre. Je fermai les yeux et adressai mes prières à la lune. Qu’elle guide mes pas sur le chemin de la connaissance et qu’elle m’accompagne dans la voie dans laquelle je me suis engagée. Je rassemblai mes affaires et je fis mes adieux à mes frères et sœurs que j'ai accompagnés. Nos chemins se séparèrent quand l'astre solaire darda l'horizon de ses premiers rayons. Je quitte le doux foyer des campagnes et des forêts pour celui de la ville et de la pierre. Je commence une nouvelle aventure. Devant la lune pâlissante qui disparaît derrière les tours des Portes de Baldur, je me remémorai notre adage : « tout endroit où brille la pleine lune est voué à Séluné »
  3. Amis rolistes, bonsoir. Je viens vers vous ce soir pour vous présenter un jeux de rôle en cours de financement participatif sur Ulule. Vous aimez le JdR ? Le médiéval fantasy ? Le Japon ? Je vous propose un univers qui regroupe les 3, à savoir : L'Empire des cerisiers. Pour ma part, j'ai pledge et j'attends avec impatience Avril 2019 (date de la livraison) pour vous faire jouer dans cet univers ! La Campagne Ulule est ici L'Empire des Cerisiers c'est quoi ? (Je me permets de copier/coller la description directement d'Ulule, c'est bien écrit et plus simple) L'Empire des Cerisiers est un jeu de rôle qui vous propose d'incarner des personnages hauts en couleur dans un univers de fantasy directement inspiré du Japon ancien. Vous y croiserez de valeureuses bushi, des mercenaires shinobi, des maîtres forgerons, des courtisans aux douces manières ou encore des miko gardienne de la voie des kami ainsi que de mystérieux yokai. Les possibilités n'ont pour seule limite que votre imagination. Plongez dans un univers où la magie et le merveilleux sont omniprésents, et où vos joueurs deviennent les acteurs principaux d'une grande fresque poétique et héroïque. L'Empire des Cerisiers est un univers de fantasy librement inspiré du Japon et volontairement détaché de ce dernier afin de pouvoir intégrer les nombreuses composantes fantastiques, puisées directement dans le folklore et les légendes japonaises. Le système, simple, vous permet d'incarner des personnages originaux dans une ambiance japonisante : bushi courageux, duelliste pleine de panache, shinobi silencieux, nonne guerrière, cuisinier as du hachoir et wako intrépide ; courtisane intrigante et diplomate éblouissant ; sorcière, onmyoji et prêtresse shinto, toutes et tous gardiens de secrets ésotériques et occultes ; artiste de rue capable des plus folles acrobaties ou maître forgeron détenteur des secrets de fabrication des célèbres Armures Sacrées… Les possibilités sont pratiquement infinies. Le système du jeu Dans L’Empire des Cerisiers, un personnage est défini par plusieurs éléments : Un Concept initial: ce qu’est le personnage. Des Champs: ce qu’il fait de sa vie, ce qu’il a appris. Des Spécialisations: ses points forts, ce qu’il sait particulièrement bien faire. Plusieurs Avantages et/ou Désavantages: il peut être rapide, fort, couard, laid, avoir un ennemi juré, etc. Une Voie: une orientation philosophique, spirituelle, éthique ou autre, qui constitue le socle moral et la force mentale sur lesquels le personnage peut s’appuyer pour soutenir sa volonté. Un Aspect: l’orientation personnelle que le personnage développe dans sa Voie. Le système de jeu repose sur des dés à six faces. On doit lancer deux dés et égaler un niveau de difficulté pour réussir une action. Les Champs, Spécialisations, Avantages, Voies et Aspects confèrent des bonus aux jets dès qu’ils peuvent s’appliquer. Les Champs et Spécialisations interviennent sur la plupart des actions faites par un personnage, y compris lorsqu’il utilise la magie. Un Avantage ou un Désavantage influence tout jet de dés où il apparaît comme pertinent (par exemple, un personnage « beau » aura un bonus sur les jets sociaux où sa beauté peut intervenir). Les Voies donnent des bonus aux jets impliquant la volonté ou la résistance mentale, car elles constituent le socle psychologique et moral du personnage. Elles affectent également les activations des Techniques que connaît le personnage. Les Aspects affectent également les activations de Techniques, et peuvent dans certains cas octroyer des bonus à des jets spécifiques. Il existe plusieurs formes de magie, qui sont liées à des professions, des vocations et des Voies : La magie animiste, qui découle des liens entretenus avec les kami, les ancêtres, etc. Elle concerne les prêtres shinto, les miko, chamanes, exorcistes, etc. L’onmyodo, une voie de compréhension méthodique des cinq éléments et des corps célestes, explorée par les onmyoji et certains devins. La magie noire, terme désignant un ensemble de pratiques impies et sanglantes, totalement réprouvées par la société. La magie noire est employée par les sorciers, les prêtres déchus et les individus qui ont sombré sur le plan moral.
  4. Vous êtes un chasseur de monstres ! Oubliez Van Helsing… Pensez plutôt Buffy ou Mulder. En effet, Monster of the Week a pour but de vous emporter dans l’univers des séries américaines des années 90 et 2000, où chaque semaine les héros devaient combattre un monstre nouveau. Les références sont claires : Buffy, X-files, plus récemment Supernatural, Fringe ou Dresden Files. On pourrait également ajouter à la liste le récent Stranger Things qui colle tout à fait avec Monster of the Week. Les archétypes que vous incarnez dans MotW ne cachent pas leur parenté : agent professionnel à la Olivia Dunham ou amateur de théorie du complot à la Mulder, expert à la Rupert Giles, élu à la Buffy, monstre repenti à la Angel… Tout y est dans la galerie des chasseurs de monstres. Vous incarnez un groupe de chasseurs de monstres. Une agence gouvernementale secrète, une famille ancrée dans une tradition surnaturelle, un groupe ésotérique millénaire… À vous de décider. Si vous vous inspirez directement d’une série, le boulot est déjà plus ou moins fait. Une élue, assistée par un expert british, une lanceuse de sorts débrouillarde et un « ordinaire » ahuri, ça vous dit quelque chose ? Le livre de base propose douze archétypes prêts à jouer : l’Élu, le Vaurien, le Divin, l'Expert, le Barjo, l'Initié, le Monstre, l'Ordinaire, le Professionnel, le Magicien, l'Épouventail, le Vengeur. Si vous préférez sortir des sentiers battus, no problemo : choisissez simplement le type de personnage qui vous va, la cohérence de groupe viendra en chemin. Tout est possible, un initié des arts anciens dont le kung-fu est le meilleur, check. Un fondu qui voit des complots partout, check. Un envoyé divin qui vient faire le ménage, check. Un loup-garou qui joue à la crosse, check ! Monster of the Week est propulsé par Apocalypse, le système mis au point par Vincent Baker pour son jeu Apocalypse World. Maintes fois adapté, ce système est basé sur des concepts simples : les priorités et principes du Gardien, ainsi que les manœuvres de base. Ce sont les leviers qui permettent de manipuler tout le reste du jeu. Peu importe le décor. Pour le mettre en place, vous utilisez les livrets (les Archétypes de personnages avec leurs manœuvres propres), les manœuvres de base (communes à tous les personnages), les menaces et les manœuvres du Gardien. La base est simple : chaque Chasseur peut effectuer huit Manoeuvres de base plus quelques-unes qui lui sont particulières. Il possède également cinq Caractéristiques qui permettent de visualiser ses forces et ses faiblesses. Quand le résultat d’une situation en jeu n’est pas évident, le Joueur et le Gardien se mettent d’accord pour utiliser une Manoeuvre pour résoudre ce point. Cette Manoeuvre est liée à une Caractéristique, allant de -1 à + 3. On jette alors deux dés à six faces et on additionne les résultats obtenus à la Caractéristique ce qui donne un résultat entre 1 et 15, voire plus en cas de bonus. Un résultat de 1 à 6 est un échec, de 7 à 9 le personnage réussit, mais il y a un prix à payer, à 10 et plus la réussite est totale. Voici un exemple de manoeuvre : Entrée en fanfare : quand vous faites une entrée flamboyante dans une situation dangereuse, lancez 2D6+Cool. Sur un 10+, chacun s’immobilise pour vous regarder et vous écouter jusqu’à ce que vous ayez terminé votre discours « inaugural ». Sur un 7-9, choisissez une personne ou un monstre, qui se fige, vous regarde et écoute jusqu’à ce que vous ayez fini de parler. En cas d’échec, tous les ennemis présents vous considèrent comme la pire menace qui pèse sur eux.
  5. Chill est l’un des plus anciens jeux de rôle d’horreur. Sa première version, celle de Pacesetter date de 1984 et n’a cessé de se renouveler. Je vous présente ici la 3e édition de cet incontournable monument du jeu d’horreur contemporain. Chill est un jeu d’horreur contemporain aux règles fluides et simples, permettant de jouer toutes les thématiques de ce genre, du gothique au pulp horror en passant par les romans, séries, aussi bien les vieux films de la Hammer, Army of Darkness, Dracula, La Momie, Hellraiser, Constantine, Aux frontières de l’aube, l’Exorciste, Shutter island, Gothika que les séries comme The Strain, Buffy tueuse de vampire, The Walking dead, Hannibal, Supernatural, American Horror Story ou True Detective. Ce qui fait que les scénarios de Chill proposent des intrigues variées et parfois insolites. La S.A.V.E : Dans Chill, tous les personnages appartiennent à une organisation nommée Societas Argenti Viæ Eternitata : la Société Éternelle de la Voie Argentée (SAVE, en abrégé). La SAVE est un organisme mondial divisé en sièges régionaux, largement autonomes. Elle préfère que ses différents bureaux fonctionnent séparément, pour éviter une infiltration par des créatures de l’Inconnu. La SAVE œuvre pour protéger l’humanité des forces de l’Inconnu. L'Inconnu : Qu’est-ce que l’Inconnu ? La SAVE ne le sait pas vraiment. Elle sait que les créatures de l’Inconnu ressemblent aux êtres du folklore et des légendes : fantômes, vampires, loups-garous, et toutes les choses étranges qui rôdent dans les ombres et se nourrissent de la peur et du malheur de l’humanité, quand ce n’est pas de sa chair et de son sang. La SAVE pense que révéler publiquement l’existence de l’Inconnu pourrait provoquer une panique générale, ou peut-être une apathie et un scepticisme suivis rapidement de représailles discrètes contre l’organisation. Plutôt que de tenter d’éduquer l’humanité, la SAVE travaille secrètement pour la protéger. Les joueurs, émissaires de la SAVE : Les membres de la SAVE sont appelés des émissaires. Ils reçoivent un avis de mission quand l’organisation a besoin qu’une enquête soit menée. Certains bureaux régionaux sont très bien équipés, bien organisés et disposent d’un personnel suffisant. D’autres, peut-être à cause de décès récents, d’une certaine paranoïa, ou plus simplement d’une absence relative d’activité de l’Inconnu dans leur zone, ne le sont pas. Toutefois le jeu offre la possibilité d'incarner une équipe de personnages, non membres de la SAVE, même si cela se révèle beaucoup plus dangereux à cause du manque de soutien. L'Art : Ce sont les pouvoirs surnaturels que la SAVE enseigne aux émissaires qui possèdent le don adéquat. Tous les personnages ne sont pas obligés de posséder ces étranges capacités, toutefois bien utiles face à l’Inconnu. L'Indalo : L’Indalo est le nom du symbole utilisé par la SAVE. Il vient de pictographes préhistoriques datant de 2500 av. J. C. de l’Abri des Ruches, dans la Grotte des Signes (Cueva de los Letreros) en Espagne dans la province d’Alméria, lieu de découverte de l’Art par le Dr. Fernando Ruiz. Le terme “Indalo” vient du vieil ibérique, indo eccius, et signifie messager des dieux. L’Indalo représente un homme avec une arche ou un arc-en-ciel au-dessus de la tête, apportant chance et protection. Mais pour la SAVE, il symbolise à la fois la recherche d’une meilleure compréhension de l’Inconnu et la reconnaissance de l’homme, en tant qu’intermédiaire et lien entre le Connu et l’Inconnu. La SAVE a adopté l’Indalo en honneur du Dr. Ruiz. Voici quelques données de base du système de jeu. Le jeu se joue au D100 que l'on remplace aujourd'hui par 2D10, un pour les dizaines et un autre pour les unités. Le Seuil de Réussite (SR) est basé sur les attributs et les caractéristiques du personnages. Lorsque l’on lance les dés (2d10), on appelle cela un test. Les tests peuvent être généraux ou spécifiques. Un test général est une tâche que le personnage réussit... ou rate. Il n’y a pas de moyen terme. S’il n’est pas possible de réussir l’action en partie, c’est un test général. Un test général est réussi si le résultat des dés est inférieur ou égal au SR. Un test spécifique peut avoir toute une échelle de réussite. C’est le test le plus courant dans Chill. Il a cinq effets possibles, selon le résultat des dés : Réussite majeure < SR/2 < Réussite mineure < SR < Echec Si le résultat est un double (33,55,77, etc ...) est qu'il est inférieur au SR, c'est un Succès colossale, s'il est supérieur c'est un Fiasco Notez qu’un jet de 01 est toujours une réussite, quel que soit le SR. De même, un jet de 00 est toujours un échec, mais si le SR est supérieur à 100, il n’est pas considéré comme un fiasco. Il existe également un système de jeton qui symbolise la lutte de la SAVE contre l’Inconnu. Les jetons permettent aux joueurs et au MJ de faire pencher la balance en leur faveur, ou d’activer les capacités spéciales de leur personnage. Le MJ met de nouveaux jetons en jeu quand l’Inconnu devient actif, ou quand une créature de l’Inconnu utilise un pouvoir surnaturel particulièrement puissant. Au début de la partie, le nombre de jetons est égal au nombre de joueurs, y compris le MJ, plus un (si les cinq personnages sont utilisés, vous commencerez le jeu avec sept jetons). Dans Chill, le combat est découpé en une série de rounds, qui durent approximativement deux secondes. Les affrontements sont rapides et mortels ; un personnage qui sait manier une arme peut neutraliser ou tuer rapidement un adversaire qui n’est pas entraîné. Les personnages agissent dans l’ordre décroissant de leur Vigueur actuelle qui représente leur état physique. Cela signifie que lorsqu’un individu est blessé ou fatigué, il devient plus lent. Nous avons également la notion de Volonté qui représente l'état mental du personnage. Celle-ci diminue à chaque fois que le joueur utilise l'Art car cela demande beaucoup de concentration. Mais aussi quand les personnages sont soumis au stress et aux horreurs que l'Inconnu inflige à eux-même ou autrui. Les tests de Surprise et de Réaction donnent aux personnages l’opportunité de réagir face à un événement imprévu.
  6. Bonjour à tous et à toutes. Je viens vers vous aujourd'hui suite à une discussion avec Nathos. Depuis un certain temps une idée me trotte dans la tête ainsi que dans celle de Nathos, et nous aimerions avoir vôtre avis. Nathos et moi souhaiterions avoir une plus grande fréquence de JDR, c'est pour quoi je vous sollicite. Je vous fais un multi-sondage pour prendre la température et voir si nous pouvons faire plus de chose ensemble, et sachez que plus nous serons, plus ce sera simple de faire des aventures / campagnes avec un roulement entre les joueurs / MJ (pas dans une campagne mais sur plusieurs). Sachez cependant que vous n'êtes pas obligé de venir à toutes les soirées, et, suivant l'effectif, ne pourrez pas être présent à toutes les soirées. Ceci dit, si nous sommes une dizaine, nous pouvons très bien faire 2 sorties/mois, mais ne participer qu'à une seule d'entre elle. Donc répondez pour vous, et je me chargerais de la synthèse avec Nathos, pour convenir de la suite des JDR. (Par exemple, si tout le monde choisi de faire 1 JDR/mois, nous essayerons d'en faire 2 JDR/mois pour contenter tout le monde) Sachez aussi que les JDR seront ouvert à tous, et que vous soyez un roliste confirmé, novice ou souhaitant découvrir les JDR, plusieurs type de sessions vous serons proposées, cela ira du run découverte, à la campagne en passant par des run one shoot. Vous êtes donc, tous, les bienvenue dans la grande famille des rolistes. Merci d'avance pour vos réponses. Palamède
  7. Bien le bonjour chers amis, C'est avec un immense plaisir que je viens vous annoncer une, probable, structure de JDR chez les s'enflamme. Pour tous les intéressés, un sondage est disponible ici Vous y trouverez aussi quelques renseignements, et pourrez également poser vos questions sur les JDR. Si nous arrivons à avoir un effectif suffisant, je demanderais à Ppg de nous créer une petite section JDR, et ainsi avoir plus de visibilité. (en ce moment la partie JDR est dans le Brasier, sous la dénomination "Événement", pas simple de savoir qu'il y a du JDR dedans ^^). Donc pour finir, amis roliste ou simple curieux, je compte sur vous pour faire naitre cette section au seins de la communauté. Palamède
×
×
  • Create New...